News

Une fois n’est pas coutume, un petit article qui ne parle pas directement de bière…

La grande tendance dans notre monde ultra connecté est d’utiliser diverses applications plus ou moins utiles. Le domaine de la bière n’y échappe pas, car il est vrai que pour tous les consommateurs lambda, il n’est pas facile de s’y retrouver dans la jungle des divers styles existants.

En faisant l’impasse sur les bières dont le style s’arrête encore que à la couleur (y a t’il encore des brasseurs qui produisent des “blondes”, “brunes” et “rousses”?), la variété des styles fait qu’un consommateur lambda y perdra facilement sa route.

Outre les applications qui ne font que de DÉCRIRE les styles (tel que BJCP 2015) il y a aussi toute la multitude des applications dites “sociales” qui permettent de noter ses dégustations, les montrer aux autres et de voir la note globale de telle ou telle bière. D’autres fonctions plus ou moins sérieuses sont disponibles tels que le calcul de son alcoolémie ou l’association bière / plat.

Ratebeer
Untappd
BeerCloud
BeerStat

Noter une bière : où se situe le problème?

Mais est-ce vraiment utile / intéressant de se fier aux avis des autres?

Le premier soucis vient que les sites de notation mélangent deux éléments distincts :

  • une analyse sensorielle de la bière, certes très basique, mais qui reflète le goût individuel de chacun
  • une approche psychologique par son côté social, qui reflète l’appartenance à un groupe (et rappelons le, l’humain est un animal social qui, pour continuer à appartenir à un groupe cherche à ressembler à ses congénères).

On se retrouve donc dans une contradiction entre SON goût, que l’on veut unique et différent et son désir d’appartenance à un groupe.

La note en elle-même est sujette à caution :

  1. Les bières qui bénéficient d’un important réseau de distribution (les bières industrielles et les “fausses” craft) seront très souvent notées.
  2. Celui qui note une bière sera fortement influencé par le prix qu’il a déboursé (si la bière est chère, il ne veut pas être déçu donc notera avec plus d’indulgence) par la note moyenne qui est affichée
  3. Une note représente le goût “moyen” des dégustateurs. Et chaque dégustateur emploie des critères différents

Le loup dans la bergerie

L’autre grand (mais alors très grand) danger survient lorsque des sites de cotation de bière appartiennent ou se font acheter par des groupes industriels.
Pas plus tard que le 5 février, une filiale du groupe AB InBev (un des plus gros brasseur du monde) vient d’obtenir l’intégralité des parts de RateBeer (un des plus gros site de cotation de bière). En 2016, la note moyenne d’AB InBev avait grimpé de 74 à 90 (sur 100) en un mois suite à la cession partielle des parts du site RateBeer…
On peut donc se douter que les notations des bières appartenant à ce grand groupe (plus de 400 marques) pourraient ne pas être le reflet de la réalité…

Pour conclure

Il faut garder un esprit critique face à ces sites de cotations.

  • La note est-elle vraiment neutre?
  • Est-ce qu’elle reflète véritablement le goût des dégustateurs ou celui des financiers?
  • Es-ce que je possède un goût “moyen” (c’est à dire qui correspond à la majorité) ou est-ce que mes goûts sont spécifiques?

Je vous laisse répondre à ces différentes questions… et à l’utilité de ces applications “indispensables”

Sources

https://www.pastemagazine.com/blogs/lists/2013/05/7-great-apps-for-beer-drinkers.html
https://www.goodbeerhunting.com/blog/2017/5/5/watch-the-hands-not-the-cards-the-magic-of-megabrew

AB InBev acquiert 100% de Ratebeer