News

Les styles de bière : Saison

Lors d’un précédent article sur les bières belges (à lire ici), un style avait été délibérément occulté. Délibérément car un style aussi complexe que celui de “Saison” méritait bien un article à lui tout seul.

Voilà un style de bière qui pourrait très facilement prêter à confusion. En effet, une “Saison” n’a rien à voir avec une bière “de saison”. Bien qu’à un moment donné, une “Saison” puisse être “de saison”. Confus? Suivez le guide…

 

Un peu d’histoire

Le style “Saison” est originaire du Hainaut, région située au sud de la Belgique et est apparu à l’aube du XX ème siècle. C’était à la base une bière de ferme, destinée à hydrater les saisonniers (d’où le nom) venant prêter main forte durant la période des moissons. Hydrater est bien le mot, car les risques liés à la consommation d’eau contaminée étaient encore d’actualité au début de l’ère industrielle. À cette époque, ce style se déclinait sous plusieurs variantes : “enfants”, “famille”, “double” et “royale” et n’était brassée que pour la période estivale (et donc était une bière de saison…).
Avec le développement industriel, cette bière a ensuite abreuvé les employés des mines de charbon et d’acier pratiquement durant toute l’année.
La région a ensuite vu défiler nombre de soldats durant les deux guerres mondiales. Ces soldats, goûtant les produits locaux, ont ensuite contribué à la démocratisation de ce style.

Malgré tout, les “Saison” restent méconnues du grand public, et ce même en Belgique.

La Brasserie du Dzô brasse chaque année la Chenaye, disponible dès le mois de juin!

 

Un peu de technique

La composition en malts est assez vaste, et va de pur malt d’orge à un mélange orge-blé, avec même quelquefois l’usage de maïs. Les houblons doivent être régionaux (France, Belgique, Allemagne) et présenter un profil aromatique typé. L’usage de levures spécifiques va donner à ce style un profil particulier, tout comme la température de fermentation relativement haute.
Il est existe une bière assez semblable juste de l’autre côté de la frontière, en France, sous le nom de Bière de Garde. La différence fondamentale vient que la Saison est en générale “sèche” (sans rondeur) et légèrement acidulée, alors que la Bière de Garde est plus ronde et veloutée.

Un peu d’analyse sensorielle

La robe s’étend de blond lumineux (la plus courante) à ambrée. Le degré de turbidité est variable, de limpide à très trouble, dû à la présence de levures de type “poudreuse”.

 

Le nez est aromatique et caractéristiques (notes fruitées, épicées, houblonnées). Les esters (note de banane) peuvent être relativement élevé, accompagnés de notes d’agrumes. Les notes de houblon s’orientent sur des caractéristiques épicées, florales, fruitées. Quant à la touche épicée, elle rappelle le poivre, le clou de girofle.

L’atténuation est très élevée (absence de sucrosité en bouche), Les malts sont peu perceptibles. L’accent étant plutôt sur le houblon (floral, épicé, végétal), accompagné de notes fruitées (agrumes) et épicées (poivre, clou de girofle). Une note métallique due à la présence de levures peut être perceptible

Sources

  • Michael Jackson, Grandes Bières de Belgique
  • Phil Markowski, Farmhouse Ales : Culture and Craftsmanship in the European Tradition